mardi 6 juillet 2010

The Gaslight Anthem enfonce le clou

Avec son précédent effort (The '59 Sound), The Gaslight Anthem avait frappé un grand coup. De ceux dont il est difficile de se relever : 12 hymnes (anthem) punk-folk dans la lignée d'Against Me !, une science imparable du chorus qui fait mouche, un panache et une force d’évocation sans pareils. Passé, présent et futur réunis en un seul jukebox. Au bout du compte, un album unanimement salué par la critique, 100 000 copies écoulées sans le moindre soutien des radios et un auditeur vaincu par KO à la douzième reprise.

Difficile dans ces conditions de ne pas céder à la redite. American Slang débute pourtant là où s’arrêtait The '59 Sound : dans les plaines d’un arena rock sincère et généreux. Mais plutôt que de démarrer en trombe pour une virée express dans l’Amérique banlieusarde, ce troisième opus nous offre 35 minutes au volant d’une Lincoln un soir de retour. Celui d’un frontman parti pour Brooklyn mais qui n’oubliera jamais les rives de l’Hudson. « I’ve got your name tattooed inside of my arm » scande le titre éponyme dans une déclaration à vous redonner la foi.



American Slang s’éloigne du punk des origines pour des sentiers jonchés de folk, de soul et de blues. En route, les quatre du New Jersey affirment encore un peu plus leur filiation avec les grands de l’Americana, Bruce Springsteen en premier. Un encombrant voisin longtemps dissimulé sous les tatouages mais désormais assumé avec la simplicité de ceux qui ne cachent plus leurs origines. « The clothes that I wore just don’t fit my soul anymore » semble regretter Orphans comme si les atours punk étaient devenus trop étroits. L’époque où on jouait le plus fort possible pour se faire remarquer s’éloigne. Brian Fallon, 30 ans, regarde dans les yeux l'Amérique qui grandit à l'ombre des gratte-ciels ; le temps qui passe défile à vive allure dans le rétroviseur.


Plus risqué et ambitieux que son prédécesseur, American Slang n’en oublie pas ses origines working class. En découle un précipité de morceaux de bravoure directs et entêtants et de compositions auxquelles il faut laisser le temps de décanter. We Did It When We Were Young conclut cet opus sur la preuve de cette maturité nouvelle : plutôt que de livrer un crescendo attendu, l’album s’achève dans un soupir. Superbe.

Avec le culot de ceux qui avancent sans rien renier, American Slang perd en immédiateté ce qu'il gagne en profondeur. Au fil des écoutes, ses dix compos d'une cohérence parfaite l’imposent comme un classique à ranger entre London Calling et Born to Run ; une bande son idéale pour road trip estival ; une fenêtre sur le passé qui ouvre la porte à  bien des futurs. L’anachronique « recorded in full frequency stereo sound » de la pochette sonne comme un avertissement : le songwriting impeccable de Brian Fallon a quelque chose d’intemporel. Comme la nostalgie d’une époque que l’on n’aurait pas (encore) connue.

The Gaslight Anthem – American Slang (SideOneDummy Records), disponible depuis le 15 juin.

mercredi 9 juin 2010

LaMoucheDuCoq a 1 an !


La Mouche Du Coq fête ses 1 ans ce jour !!! Et oui, le projet avait vu le jour le 09.06.09 à l'initiative de Bernard Vinaigre et de Eve Huile. Depuis cette date, l'équipe s'était enrichie de 4 mouches supplémentaires, permettant la publication de plus de 130 articles. De votre côté, vous avez été pas loin de 10.000 visiteurs uniques à vous rendre sur au moins une des pages du site pendant cette année, ce qui a généré 25.000 pages visionnées. Pour tout cela, nous vous remercions chaleureusement !!!

Pour autant, la deuxième année s'annonce plus compliquée à gérer : le manque de temps de cerveau disponible à la rédaction des articles est un vrai frein au développement du blog. Nous comptons nous attaquer sérieusement à ce problème, et c'est pour cela que nous avons décidé de prendre une période de réflexion pour penser son avenir, tout en trouvant une organisation qui permette de publier plus souvent. Notre objectif principal n'est évidement pas de faire de l'argent, mais d'essayer de fidéliser le plus de personnes à la lecture de ce blog.

D'ici là, nous vous souhaitons de bonnes lectures sur le web. N'hésitez pas à repasser nous voir sur le site car quelques articles seront publiés dans le cadre du dernier dossier du blog.

A très bientôt!

Bzzzzzz

L'équipe de LaMoucheDuCoq.com


lundi 31 mai 2010

Spot publicitaire 1

j'ai 8 secondes pour te dire ...

vendredi 28 mai 2010

The Lanskies envahit la Flèche d'Or

Ils ont tour à tour été comparés aux Arctic Monkeys et à Bloc Party, à Franz Ferdinand et aux Kaiser Chiefs. Aux ténors du rock anglais  contemporain, The Lanskies n’a pourtant pas grand-chose à envier. Sacrée révélation de l'itération 2008 des Vieilles Charrues, la formation normande nous livre, deux ans plus tard, Bank Holiday, un deuxième album en forme d’uppercut. Ils boxeront ce soir sur la scène de la Flèche d’Or.

Spontanés et efficaces, les cinq normands empruntent autant à la noirceur du post-punk qu’à l’évidence de la britpop. Ajoutez une louche de new wave sérieusement épicée et laissez infuser sur scène pour obtenir une « hot wave » - appellation autoproclamée - survitaminée et enthousiaste. Comme un voyage instantané dans les clubs d’outre-Manche, là où le rock sait aussi faire danser. L'Eurostar en moins cher. A eux seuls, trois froggies, un allemand et leur chef de file anglophone provoquent avec une arrogance toute britannique trente années de pop anglo-saxonne sans rogner sur l’énergie. Il y a quelque chose d'érudit dans ces 12 morceaux. On y croise les grands noms, version dynamitée: The Smiths, Echo & The Bunnymen,  Cure, Joy Division... Seuls aux abonnés absents, les frères Gallagher qui n’ont manifestement pas grand-chose à faire là. Résultat : ça chante anglais, ça sonne anglais, ça swingue anglais. La faute sans doute au charismatique Lewis Evans,  frontman d’origine galloise.



Dès les premières mesures de l’imparable single Bank Holiday, le chant scouser de Lewis convoque invariablement le fantôme de Robert Smith, l'énergie en plus ; Kele Oreke (Bloc Party) n’est pas loin. Les deux guitares moulinent infatigablement un authentique sens de la mélodie, la basse sort tout droit des années 80, la batterie est métronomique. Avec elle, comme une irrésistible envie de remuer du popotin. La voix haut perchée décline le plus souvent des thématiques légères qui pourraient tenir dans le tryptique : « girls, booze and (bank) holiday ». Le plaisir avant tout. Comme celui de voir cette usine à singles (However, Bank Holiday, Odile, Jesus) prendre son pied sur scène. Car c’est bien là que ces caennais d'adoption comptent conquérir la L1 du rock français. En attendant l'Europe, un groupe qui ne manque pas d'humour (leur nom est un hommage à peine dissimulé au commissaire David Lansky), et que les amateurs de rock british auront tôt fait de glisser dans leurs playlists estivales.


The Lanskies + Da Brasilians (pop-soul) + Pollux From Rio (électro-rock) :  vendredi 28 mai (20 heures) à la Flèche d’or, 102 bis, rue de Bagnolet – 8€ avec conso (sur place)

The Lanskies - Bank Holiday (Indelible Records), disponible depuis le 24 mai en CD et téléchargement légal.

mardi 25 mai 2010

The Ease Ear Hider


De tous les objets révélés à nos yeux émerveillés par les années 80, il en est un qui, bien qu’ayant totalement disparu, restera longtemps le symbole d’un art de vivre à l’occidentale : le cache-oreilles en peluche. De couleur chatoyante la peluche si possible, en général blanche, rose ou rouge vif.
Révélé au monde par Les bronzés en 1978, le cache-oreilles a connu une carrière brillante dans les milieux autorisés, du bon père de famille soucieux de ne pas revenir au bureau avec une otite au sportif aguerri qui sait bien qu’en cas de sapin, mieux vaut protéger ses esgourdes.

On aurait pu y dissimuler un baladeur, une poche à pièces, des étuis pour le stick à lèvres volé à la caisse du loueur de skis ; que nenni, l’accessoire verra les années 90 avec ses yeux du premier jour, intact. Personne ne songea jamais à améliorer cet objet parfait, même la peluche de couleur restera toujours apparente, comme une protestation vibrante contre la dictature du style et le développement de la mode dans les stations de ski. L’objet sera le dernier résistant, dans la déferlante qui a emporté sur son passage le fuseau (avec une ou deux lignes sur le flanc, selon le niveau de fortune du propriétaire), la combinaison intégrale jaune Poivre Blanc (tentative de fashionisation des sports d’hiver rapidement considérée comme une faute de care) et le bonnet à pompon (cela dit remplacé par son évolution Pokémon, le bonnet Joker à branches en polaire).

Steven seagal nous montre l'intérêt porté au cache-oreille même dans les tribus inuit les plus proches des plates-formes pétrolières.

Utilitaire, statutaire, symbolique autant qu’efficace, le cache-oreilles voit son déclin commencer dans les années 90, à l’apparition des bonnets et bandeaux en polaire justement. Plus légers, plus pratiques, ils volent la vedette au chouchou des écoles de ski en quelques années. Les débouchés étant rares pour ce type d’accessoire, le cap de l’an 2000 fut passé dans un monde sans cache-oreilles, à l’insu d’à peu près tout le monde.
C’est pour redresser ce tort que La Mouche a voulu vous en parler aujourd’hui. Nous espérons que c'est chose faite.



dimanche 23 mai 2010

Expérience 3 : transformer son Rottweiler en gardien de hockey sur glace


Troisième expérience de la série "La vie est une chimère". Aujourd'hui, nous allons tenter d'ouvrir le carma de votre chien. Pour cela, je préconise de tenter de l'humaniser au travers d'une expérience mettant en avant le poste clé d'un sport nord-américain, afin de faire le parallèle entre la race humaine et la race canine. L'objectif pour moi aujourd'hui sera donc de transformer votre Rottweiler en gardien de hockey sur glace, et d'en faire un mur imparable à toutes tentatives de slap shots et de tirs au but.... A vos rondelles ! - BV

// EXPERIENCE ON STAGE //

17h32 : Réveillez votre Rottweiler de sa sieste en l'agrippant avec votre crosse, puis en lui hurlant "debout feignasse, il est temps que tu deviennes un homme, on file à la patinoire ". Commencez à le préparer à l'expérience en lui jetant à la gueule la fin de glaçons de votre whisky. De votre côté, prenez votre tenue de hockeyeur (si vous n'en avez pas, l'expérience s'arrête là cette fois-ci), vos clés de voiture (si vous n'en avez pas, prenez le bus, mais c'est plus long), et la nouvelle muselière en forme de cage métallique que vous avez confectionné pour votre Rottweiler.

17h48 : Vous voici à la patinoire, lieu de cette expérience inouïe (idem, si vous n'avez pas de patinoire à proximité, l'expérience peut s'arrêter). Dans les vestiaires, installez-lui sa muselière sur la gueule. Prenez-le en photo, afin qu'il puisse avoir un petit souvenir de ce moment inoubliable. Assurez-vous quand même que la rondelle ne passera pas entre les barreaux de sa cage à gueule, ce serait dommage de défigurer votre Rott, il risquerait en plus de vous en vouloir. Dans votre main gauche, tenez votre chien en laisse. Dans votre main droite, tenez fièrement votre crosse de champion. Ready ?

18h03 : C'est parti ! Commencez par détacher votre Rott, et expliquez-lui que sa place est dans la cage, comme à la maison. Après tout, c'est vous l'attaquant, et surtout : c'est vous le maître. Rappelez-lui qu'il n'est du coup que le gardien de but de ce nouveau jeu. Ensuite, sortez de votre sac le stock de rondelles. Assurez-vous que cet idiot de chien a compris son rôle en assénant un premier slap shot du milieu de terrain. Baaaaaam ! En plein sur la cage, le chien n'a rien vu venir. Vous menez 1-0. Assénez un second slap shot avec votre 2ème rondelle afin qu'il relâche la première, et ainsi de suite...avec son tempérament joueur, il relâchera forcément la rondelle et cela vous évitera de devoir aller la chercher dans sa gueule à chaque tir.

18h10 : Vous menez 8-0 et le chien n'en a pas arrêté un seul. Il n'est vraiment pas doué...

18h13 : Le Rott a quitté sa cage, il va falloir que vous alliez lui faire une mise en échec au plus vite pour qu'il arrête de courir comme un idiot sur la glace. Prenez votre élan (lâchez votre crosse si besoin), et dès qu'il s'approche de la balustrade : Baaaaaaam ! Si jamais la première mise en échec est justement un échec, retentez jusqu'à obtention d'un résultat digne de ce nom. Une fois le mauvais élève corrigé, tirez-le par la cage à gueule pour qu'ils continue à s'entrainer.

18h21 : Briefez-le à nouveau. Par exemple, parlez-lui de Mabrouk, devenu une star du football dans les années 80. Rappelez-lui que la volonté et le sérieux ont fait de lui un gardien de but ultra célèbre, et que c'est de cette manière que lui aussi deviendra un star... Une fois que votre Rott montre (enfin) des signes de compréhension, repositionnez-le sur la ligne de sa cage.

18h22 : Improvisez une séance de "tirs de fusillade". Si vous êtes droitier, partez avec la rondelle vers la droite, et hop, tirez. Mais...c'est incroyable ! La rondelle est partie contre la balustrade ! Il semblerait que votre Rott vienne d'arrêter votre tir de fusillade !!! Revisionnez du coup au ralenti la scène dans votre tête : votre tir, son bond, sa patte gauche avant, et la rondelle contre la balustrade. C'est bien un arrêt de classe québécoise que vient d'effectuer votre Rott !!! Récompensez-le en déversant de la pâtée pour chien au milieu de la patinoire. Mettez-lui un peu de sirop d'érable dans une gamelle.

18h32 : Votre Rott a enfin fini son festin. Il avait faim le bougre ! Pourtant quelque chose de suspect s'est passé pendant que vous récupériez toutes vos rondelles : en plein milieu de la cage trône un énorme étron en mode "Hibernatus", au milieu d'un liquide jaunâtre. C'est la totale ! Il faut pénaliser tout de suite : 5 minutes de pénalité pour avoir souillé la cage des buts ! Vous êtes désormais tout seul sur la glace. Après 3 nouveaux tirs sur l'autre but (qui lui n'est pas souillé), vous êtes pris d'ennui face à cette cage vide. Vous vous dites que le hockey sur glace, tout seul, c'est vraiment chiant.

18h34 : C'est à ce moment que le gardien portugais de la patinoire, alerté par les bruits de votre chien qui hurle, vient pour vous interpeller. Il vous pourrit la gueule car la glace est dégueulasse. Il a une très mauvaise tête et ça vous énerve. Au moment où vous allez lui mettre un coup de crosse "à l'italienne" au niveau des jambes, votre Rottweiler lui saute dessus et tente de le mordre de toutes parts. Malheureusement, il a encore sa cage à gueule, et du coup il n'arrive à rien.

18h36 : Vous prenez la fuite. Comme vous n'avez pas eu le temps de retirer vos patins à glace, vous éprouvez toutes les peines du monde à courir. Heureusement, votre voiture est garée juste devant la patinoire. Votre chien est déjà à la voiture. Il faut croire qu'il sent bien mieux le danger que les rondelles !!! Vous démarrez en trombe (pas évident de conduire avec les patins). Votre Rott, toujours encagé, est assis sur le fauteuil passager. Vous esquissez un petit sourire narquois en regardant la bave coulée de sa cage à gueule au rythme de sa respiration. Vous vous dites qu'à défaut d'être un bon gardien de but, votre chien est un bon chien, certes un peu con. L'expérience est officiellement terminée.

Récapitulatif : 1 équipement de hockey sur glace. 1 crosse. 1 sac de rondelles. 1 voiture. 1 patinoire. 1 boîte de pâtée pour chien. 1 bouteille de sirop d'érable. 1 gamelle. 1 bouteille de whisky. 1 verre. 2 glaçons. 1 appareil photo. 1 cage à gueule (muselière). Et bien sûr, 1 Rottweiler. 1H 10 environ.

vendredi 21 mai 2010

James Holden tient son DJ-Kicks !

Le label !K7 a sollicité l'artiste James Holden pour le Dj-Kicks #33. Il s'agira de la première release après The Idiots Are Winning, l'album 2006 de Holden. Plus tôt cette année, Holden a démontré ses talents d'artiste éclectique au travers At The Controls, une compile mélangeant des track tech-house, de l'indie et une touche de rock et de sélections expérimentales. La tracklist de Dj-Kicks est autant diversifiée, avec des tracks d'artistes comme Caribou, Mogwai et Walls, ainsi que la collaboration de Kieren Hebden (a.k.a. Four Tet) avec le joueur de jazz prolifique Steve Reid.


!K7 présente :

James Holden
Dj-Kicks


Sortie le 24 mai



01. Piano Magic - Wintersport / Cross-Country • 02. Grackle - Disco (Musiccargo Remix)
03. Mordant Music - Olde Wobbly 04. Maserati - No More Sages 05. Caribou - Lemon Yoghourt 06. Luke Abbott - Soft Attacks 07. Mogwai - The Sun Smells Too Loud (Holden Remix) 08. Kieran Hebden / Steve Reid - Departure 09. Ursula Bogner - Punkte 10. Eric Copeland - Auto Dimmer 11. Mit - Rauch (Luke Abbott Remix) 12. ARP - Potentialities 13. Lucky Dragons - Open Melody 14. Holden - Triangle Folds (DJ-KiCKS) 15. James Ruskin - Definition Of 16. Legowelt - Flight Of The Jupiter 17. Walls - Gaberdine 18. Lukas Nystrand - Never Fail (Vocal) 19. Didier Pacquette - Arwen, Namarie 20. SS Pyramid Snake - Catacomb City


Dj-Kicks, c'est depuis 15 ans une aventure compilatrice du label allemand !K7 ayant pour but de donner carte blanche à un artiste afin d'en promouvoir d'autres via des remixes, des collaborations, et des inédits. Dans les années 90, des artistes comme Kruder & Dorfmeister, Terranova, Kid Loco, Thievery Corporation, Smith & Mighty... ont ainsi fait le bonheur des fans de downtempo qui attendaient ces sorties comme le messie, ce qui a contribué à faire du concept Dj-Kicks une marque mythique définitivement ancrée dans leurs esprits.

Pourtant, force est de constater qu'au regard de la trentaine de Dj-Kicks publiés depuis 1995, le concept a un peu évolué en fonction de la conjoncture du marché du disque (le nombre de sorties annuelles était plus important dans les années 90) et de l'ouverture à de nouveaux courants musicaux (electronica, pop-rock, folk, hip-hop, etc...). De plus, le concept qui était très innovant à l'époque, s'est progressivement généralisé à l'arrivée d'internet. En effet, cette évolution a facilité l'accès aux remixes, morceaux rares ou inédits sur des sites comme MySpace, si bien que de plus en plus d'artistes se sont prêtés au jeu, souvent sous l'impulsion de leurs labels.

Tout ça pour dire que les compilations Dj-Kicks ont survécu à toutes ces évolutions, et que le concept reste assimilé à une sorte d'album "spécial" contenant la griffe du label !K7, et cela malgré le fait que d'autres types de compilations un peu identiques aient vu le jour. Et on ne peut que se réjouir de cela, d'autant que cette ouverture à d'autres univers artistiques comme ceux de Tiga, Erlend Øye, Annie, Four Tet, Hot Chip, Flying Lotus... a permis de donner un second souffle très intéressant au concept. Souhaitons une longue vie aux Dj-Kicks !

lundi 17 mai 2010

Expérience 2 : ablater le pénis d'un mâle chauve-souris pour que les femelles cessent de pratiquer sur lui la fellation



Seconde expérience de ma série "La vie est une chimère". Aujourd'hui, je suis très agacé. La lecture d'un article sur les chauve-souris m'a totalement déstabilisé : il paraîtrait que 70% (rien que ça !) des femelles chauve-souris pratiquerait la fellation sur leurs mâles. Raisons invoquées : 1) la salive aseptiserait les microbes, 2) cette pratique favoriserait la reproduction de l'espèce en augmentant la durée des rapports sexuels. Et bien c'est ce qu'on va voir ! A vos bistouris ... - BV

// EXPERIENCE ON STAGE //

18h12 : Enfilez votre tenue d'ablateur : une grenouillère pour adulte est recommandée (une tenue de salarié de l'Agro-Alimentaire pourra faire l'affaire), des lunettes de type Ray-Ban pour garder la classe, et un gros gros pansement sur la bouche (en guise de bloque vomis).

18h15: Mettez-vous dans votre salon, sur votre table à manger par exemple. Sortez les ustensiles O-BLI-GA-TOI-RES pour pratiquer l'ablation de pénis : couteau de boucher, roulette à pizza, pince à épiler, écrase ail. L'aiguille et le fil à recoudre sont en option (personnellement je ne les utilise pas).

18h21 : Sortez votre spécimen de chauve souris mâle. Assurez-vous dans un premier temps que c'est bien un mâle, on ne sait jamais. Assurez-vous surtout qu'il est bien endormi, et pour cela jetez-le par terre. Si il ne s'envole pas pour sauver une vieille dame en train de se faire voler son sac à mains dans la rue, c'est qu'il dort à pattes fermées.

18h24 : Si la bête ne s'est pas envolée, ramassez-la et jetez-là à ce moment là sur un set de table en caoutchouc positionné sur votre table. Dernier préparatif : assurez-vous que votre bloque vomis tient bien sur votre bouche. Si cette dernière étape est validée, c'est que vous êtes désormais prêt pour ablater votre premier pénis de chauve-souris mâle. L'opération peut dès lors commencer...

18h26 : Munissez-vous tout d'abord du couteau de boucher pour percer le bas de l'abdomen. Une fois le forage effectué, prenez la roulette à pizza, et découpez une zone de 5 cm2 autour du pénis de la bête en partant du trou que vous avez effectué avec votre couteau. Repassez-bien la roulette à pizza plusieurs fois dans la zone afin d'être sûr que vous avez un carré autour du pénis (pour les moins doués en découpe et en géométrie, un simple rectangle suffira).

18h33 : Nous arrivons à l'opération la plus délicate à effectuer. Prenez votre pince à épiler, et gardez votre coteau de boucher à portée de main. Prenez le pénis de la bête avec votre pince à épiler d'une main, et de l'autre emmanchez le couteau de boucher afin d'opérer la découpe de la zone. Taillez toute la zone dans le vif afin d'ablater définitivement le vilain pénis. Une fois que celui-ci est tranché, gardez-le en évidence au bout de votre pince à épiler, et faites-vous plaisir ! par exemple insultez-le : "Houuu le vilain pénis", "Mon dieu qu'il est laid" etc...

18h42 : Nous approchons de la dernière phase de l'opération. Avec votre main libre qui tenait au préalable le couteau de boucher pour la découpe, saisissez l'écrase ail, en le positionnant ouvert comme si il allait avoir droit à sa petite gousse. Déposez dans la trappe à gousse le contenu de votre pince à épiler. Vous pouvez alors reposer votre pince, et refermer le couvercle de la trappe. Dirigez-vous vers la fenêtre. A deux mains, écrasez le pénis de chauve-souris mâle par la fenêtre. Pensez à viser la fenêtre fleurie de votre voisin du dessous, qui ne vous en voudra même pas car il prendra ça pour du terreau.

18h45 : L'expérience touche à sa fin. Vous pouvez arrêter de ricaner de façon sadique. Mettez tous vos ustensiles dans la machine à laver la vaisselle (si vous en êtes dépourvus, vous allez malheureusement devoir tout laver à la main). N'oubliez-pas que vous avez une bête à réveiller. Prenez-la par les ailes, et jetez-la par la fenêtre en lui assénant la phrase suivante : " A toi de jouer maintenant, on t'y reprendra à te faire tripoter le zigouigoui par Madame !".

18h52 : Vous avez le droit à un peu de repos, c'est bien mérité. Vous pouvez vous endormir du sommeil des justes, avec le sentiment du devoir accompli : désormais seulement 69,99999% des chauves-souris auront accès à la fellation. Vous êtes enfin un héros. Boooonne nuit.

Récapitulatif : 1 grenouillère pour adulte. 1 paire de lunettes Ray-Ban. 1 gros gros pansement "bloque vomis". 1 table à manger. 1 set de table en caoutchouc. 1 couteau de boucher. 1 roulette à pizza. 1 pince à épiler. 1 écrase ail. 1 fenêtre. Et bien sûr, 1 chauve-souris mâle. 40 minutes environ.

mercredi 12 mai 2010

Résultats du concours "Quel PDG êtes vous ? "

Le PDG atypique qui vous a semblé le plus sympathique est :

Jean-Pierre Dupire / Invicta (France)


La répartition des votes du concours est la suivante :

1. Jean-Pierre Dupire (Invicta) : 47%
2. Mark Zuckerberg (facebook) : 15%
2. Pierre-André Senizergues (Sole Tech) : 15%
2. Ingvar Kamprad (Ikea) : 15%
5. Richard Bronson (Virgin Group) : 8%

lundi 10 mai 2010

Funki Porcini remet le couvert !






Depuis presque 20 ans, le DJ producteur anglais Funki Porcini (de son vrai nom James Bradell) alimente la sphère downtempo / breakbeat / jazz / hip hop avec des morceaux rappelant certains des meilleurs titres de groupes comme Boards of Canada, Bonobo ou Blockhead. Après avoir navigué aux USA entre différentes villes (LA, SF, NY) et passé une décennie en Italie, Funki Porcini revient à Londres et signe (enfin) sur le célèbre label anglais Ninja Tune. C'est pendant sa période italienne qu'il prend contact avec le label, juste après avoir formé le groupe 9Lazy 9 sous le nom de Giacomo Braddelini avec le musicien Keir Fraser(ello) (ce groupe est également signé depuis chez les Ninja), et monté son propre studio "The Uterus Goldmine".



L'œuvre de Funki Porcini comprenait jusqu'à présent 5 albums : The Ultimately Empty Million Pounds (1990, réédité en 1999), Head Phone Sex (1995), Love, Pussycats & Carwrecks (1996), Let's See What Carmen Can Do EP (1997), Fast Asleep (2002). Après 7 ans d'absence, il a sorti l'année dernière Plod - un album de titres sélectionnés par ses soins - ce qui nous laissait imaginer un retour imminent. Et bien c'est chose faite aujourd'hui 10 mai 2010 avec la sortie de son nouvel album 'On' chez Ninja Tune.

Funki Porcini

Nouvel Album : "On"

- Sortie le 10 mai 2010 -


1. Moog River 2. This Aint The Way To Live 3. Belisha Beacon 4. Undermud 5. On an inconsequencial Afternoon 6. The 3rd Man 7. Bright Little Things. 8. Robert Crumb's Natural Gait 9. The Magic Hands Of Fernando Del Rey 10. Wake Up


L'album contient un tracklisting de 10 titres définitivement plus instrumentaux que sur ses albums précédents qui utilisaient beaucoup plus de samples. Les aficionados du son hypnotique de Funki Porcini qui inspira BoC ou Amon Tobin en son temps peuvent être toutefois rassurés avec par exemple le titre 'This Aint The Way To Live' qui se situe dans la lignée d'un titre comme 'The Great Drive By" sorti en 2002 sur Fast Asleep, et dont voici le clip :

samedi 1 mai 2010

Quel PDG êtes-vous ?


1. Ingvar Kamprad / Ikea (Suède)

4ème homme le plus riche de la planète avec une fortune estimée à 33 milliards de dollars, M. Kamprad est à la tête d'Ikea, le fabricant de meubles suédois dont l'ouverture de chaque magasin est attendue comme le messie.



2. Pierre-André Senizergues / Sole Tech (France)

Ancien champion du monde de skateboard français reconverti en businessman écolo, Pierre-André Senizergues est à la tête d'un groupe spécialisé dans les chaussures de skateboard. Basé en Californie, il détient notamment les marques Etnies, Es, Emerica. Il a réussi à écouler 12 millions de paires de chaussures dans le monde l'an dernier.



3. Richard Bronson / Virgin Group
(Grande-Bretagne)

Enfant dyslexique, l'anglais sulfureux Richard Bronson a fait fortune dans les années 90 en diversifiant les activités de son groupe Virgin (opérateur mobile, soda, magasins de musique, compagnie aérienne...). Celui-ci serait encore estimé à 3 milliards de livres sterling malgré la vente de certaines de ses activités et des résultats en baisse.



4. Mark Zuckerberg / facebook (Usa)

Avec une fortune estimée à 4 milliards de dollars, Mark Zuckerberg est devenu le plus jeune milliardaire de la planète à 23 ans grâce au réseau social facebook qui détient désormais plus de 500 millions de comptes actifs dans le monde.



5. Jean-Pierre Dupire / Invicta (France)

Sûrement la "gueule" de PDG la moins probable qui existe avec sa barbe et ses dread-locks, Jean-Pierre Dupire a pris l'habitude depuis quelques années de justement la mettre en avant pour communiquer sur sa société Invicta, spécialisée en matériel de bois de chauffe. Elle est basée dans les Ardennes et compte environ 300 salariés.

jeudi 29 avril 2010

Etes vous prêt à survivre après la fin du monde ? Le guide de LMDC.


Les Mayas l'ont prédite depuis des siècles : la fin du monde est prévue pour le 21 décembre 2012. Gloups. Pourtant, vous vous dites sûrement que vous avez le temps, que de toutes façons, c'est encore une prophétie qui ne se réalisera pas etc...mais c'est une erreur. Vous devez vous préparer à survivre à toute forme d'apocalypse, à n'importe quel moment. Imaginez que vous fassiez parti des 0,001% de survivants à cet apocalypse, et que vous ne vous soyez pas préparé à survivre ? Vous vous en rongeriez alors les ongles de pieds toute votre "désormais"courte existence.

Pour éviter cette situation inconcevable, nous vous invitons donc à prendre rapidement connaissance de ce guide post-apocalyptique, qui a été rédigé depuis plusieurs semaines par notre spécialiste en survie : Albert Gamote. Loin de lui l'idée de vous affoler ou de lancer un compte à rebours. Son seul objectif au travers de la publication de ce guide est de vous former à la survie afin de prendre le dessus d'emblée, et de prolonger arithmétiquement votre espérance de vie. Et vous verrez, ce ne sera pas chose facile tant les codes de la nature reprendront très vite le dessus. Vous regretterez très rapidement les règles et usages de votre civilisation pré-apocalyptique.

Bonne lecture, et surtout bonne chance aux survivants.

L'équipe de LaMoucheDuCoq

Préparer l'avenir 1 : enfin un guide de survie pour ceux qui n'ont pas envie de sauver le monde. Tome 1 : la nourriture



Le sommet de Copenhague est terminé. Soit.

Il n’a pas changé ce qu’on voulait qu’il change, il n’a pas abouti aux décisions qu’on attendait, il n’a résolu aucun conflit et chacun est reparti comme d’habitude, avec le sentiment agréable d’avoir enfin fait bouger rien du tout. Les petits fours sont tombés, le champagne a coulé, des milliers de mots bienveillants ont été échangés, si c’est pas rien ça alors… Après tout Rome ne s’est pas faite en un jour, et le climat attendra qu’on lui dise où faire caca. On va pas se laisser mettre la pression par deux ours polaires et trois hippies quand même.

Les dirigeants de notre planète font un savant calcul : quand les sept plaies du GIEC s’abattront sur la planète et ses occupants (surtout sur ses occupants en fait), soit leurs mandats seront terminés et ils auront beau jeu de créer des fondations et de critiquer avec condescendance l’inaction potelée du pouvoir en place, sur ton de « je l’avais bien dit mais personne n’a voulu m’écouter », soit ce sont des dictateurs et après tout, ce qu’on pense d’eux, ils s’en carrent l’oignon. Résultat, on construit la digue gravier après gravier en fêtant chaque caillou pendant 40 jours et 40 nuits alors que les cavaliers de l'apocalypse sont déjà garés devant la salle des fêtes.

Puisque, donc, rien ne sera fait pour nous sortir de là, autant prendre acte et préparer l’après. Organisons notre survie maintenant pour nous trouver en haut de la chaîne alimentaire lorsqu’on devra défendre la cuisine à l'arme lourde.

La survie s’organisera donc en plusieurs étapes, que nous déclinerons au fil des semaines. Merci à ceux du fond de suivre, il n’y aura pas de polycopié à la fin. La rédaction stocke le papier pour chauffer les locaux.



PREMIERE ETAPE : SE NOURRIR

Le nouveau monde qui nous sera proposé ne comprendra pas de Fast Food, pas de supérette, pas de traiteur… Ce qui ne sera pas un problème pour les provinciaux (qui auront probablement toujours les Caféterias Casino et les camions à pizza) deviendra une réelle problématique pour les citadins, qui se lasseront vite de ronger le crépi des murs. Plusieurs solutions s’offrent à eux :

- Le cannibalisme : solution la plus évidente il est vrai, quoique la plus risquée...qui sait si le sympathique quidam que vous êtes en train de boulotter n’aurait pas pu vous expliquer la course des planètes par exemple. Vous pourriez également tomber sur l'un des nombreux contaminés qui peupleront les files d'attentes de la soupe populaire, ou encore sur un alcoolique ou un drogué. Quoique dans ces deux derniers cas, l'expérience peut prendre un aspect ludique bien réconfortant en ces temps troublés. Attention avec les piercings toutefois.

- Le vol et le pillage : pas le plus simple vu que les réserves seront probablement défendues par d’autres personnes plus rapides que vous, et normalement mieux nourries. Il est également à prévoir d'être un peu moins bien accueilli à partir du deuxième ou du troisième raid. Cependant un pillage réussi peut vous fournir de quoi manger pendant quelque temps, d’autant que complété de cannibalisme il permet de conserver un régime varié. Un groupe de mercenaires ou de hooligans peut vous être de la plus grande utilité, mais n'oubliez pas que plus de monde nécessite plus de nourriture. Et que pour un hooligan, vous êtes aussi de la nourriture.

- La chasse : même dans une grande ville, le gibier peut s'avérer foisonnant pour qui sait regarder ; pigeons, rats, chiens, chats, touristes, toutes sortes d'animaux vous permettrons de varier votre alimentation à condition d'avoir un minimum d'adresse et de ne pas être trop regardant sur l'origine du produit. Cela dit, le goût et les maladies véhiculées par la plupart d'entre eux vous motiveront sans doute rapidement à étudier les deux premières solutions.

- L’abstinence : solution la plus court terme. En effet, il est prouvé que si on ne mange pas pendant deux semaines, eh ben on meurt. Rien ne sert de prendre exemple sur le serpent ou le crocodile, nous n'avons rien à voir génétiquement avec ces deux poissons. Préférez l'une des solutions précédentes.


Nous verrons dans un prochain chapitre, comment protéger ce corps si bien entretenu qu'est le vôtre. D'autant que votre charge pondérale fera l'effet d'un aimant pour tous les petits camarades qui auront choisi le cannibalisme. Quand on vous dit que la fin du monde c'est fun.

Préparer l'avenir 2 : enfin un guide de survie pour ceux qui n'ont pas envie de sauver le monde. Tome 2 : la sécurité

Notre guide de survie continue donc, avec la deuxième partie la plus vitale pour un survivant post-fin du monde.


DEUXIEME ETAPE : SE PROTEGER

Une fois la question de la nourriture réglée, vous aurez sur les bras un nouveau problème (le problème des riches me direz-vous).

L’eau, la nourriture et les filles avec des dents seront des denrées rares, nombreux seront les prétendants à la vie chère. Il convient de s’armer en conséquence. Si vous n’avez pas eu jusqu’ici la présence d’esprit d’apprendre l’Aikido on le maniement des armes lourdes, on ne peut rien pour vous. Peut-être qu’en proposant en premier la fille avec des dents vous pourrez garder de quoi manger ?

S'il va de soi que vous êtes de toute façon plus ou moins foutu, il existe un certain nombre de précautions et de techniques simples qui peuvent vous permettre d'éviter de chasser pour les autres ou de finir en esclavage sexuel. La liste ci-dessous est non exhaustive, mais elle regroupe à notre sens les grands axes d'une survie saine et confortable.

- Installez-vous dans un endroit sûr. Le haut d'un à-pic, une grotte, avec de la chance un bunker ou la Tour Eiffel, plus l'accès est complexe mieux c'est. Equipez-vous également de tout ce qui peut vous avertir à l'avance de l'arrivée d'inopportuns ; clochettes, explosifs, chats, le dressage d'oiseaux de proie à la communication en morse est une option à envisager si vous le sentez et si vous n'avez vraiment rien d'autre à foutre. En revanche, bannissez tout ce qui fonctionne à l'électricité, vous avez toutes les chances d'avoir de mauvaises surprises.

- Restez discret. Ne parlez à personne de votre cachette, à moins d'être sûr de l'emmener ou de le manger. Ne faites pas de feu, parlez à voix basse, marchez courbés. N'hésitez pas à pousser de petits grognements et à soulever de petites mottes de terre si vous détectez un observateur. Urinez un peu tout le temps pour rester dans le personnage. Lancez des chats si vous avez réellement envie de fiche les jetons à vos envahisseurs.

- Entourez-vous. Placez quelques personnes diminuées physiquement en première ligne pour avoir le temps de fuir, et pour impressionner les petits groupes. Mangez-les régulièrement pour montrer que vous ne rigolez pas. Rigolez pour faire peur. Faites peur pour avoir du rab de rat le dimanche.

- N'ayez pas l'air crédible. Mangez peu pour maigrir, ne bronzez pas, parlez peu, ayez l'air le plus à la dèche possible. Habitez des abris dérisoires sentant l'urine si possible, ayez l'air également malade pour le cas où votre état de faiblesse donnerait l'idée à certains d'en profiter.

Rien de tout cela ne peut remplacer les mercenaires ou les hooligans bien sûr. Mais si vous suivez notre guide assidûment c'est sûrement d'eux que vous chercherez à vous protéger, suite à certains différents quant à la nourriture. Trouvez quelques denrées à leur échanger en cas de problème : chats usagés, lunettes de soudure, papier toilette, étrangers.

Une fois vos lignes en place il sera temps de passer à la troisième partie de ce guide, dédiée à la reconstruction de votre vie sociale. Sur ce, dormez bien pendant que vos troupes prêtes-à-dévorer sont encore en état de monter la garde.



Préparer l'avenir 3 et 4 : enfin un guide de survie pour ceux qui n'ont pas envie de sauver le monde. Tomes 3 et 4 : socialiser et rebatir

Une fois nourri et en sécurité, et si les goules et les radiations vous ont laissé arriver jusqu’à ce chapitre, il conviendra de renouer avec votre nature d’animal social. Vous avez maintenant la belle survie, il ne faut pas pour autant vous endormir sur vos sacs plastiques.

TROISIEME ETAPE : SOCIALISER

Plus d’internet, plus de téléphone, plus de courrier ni de bars ouverts le soir… Il sera difficile de renouer avec une vie sociale, surtout si la moitié des gens que vous croisez sont des mutants ou des robots et que l’autre moitié cherche à vous boulotter (les mutants et les robots ne sont eux-mêmes pas exempts de ce type de comportement par ailleurs).

Si l'organisation de barbecues de voisinage et de fêtes votives peut sembler opportune, il y a un fort risque d'attirer précisément les catégories indésirables dont les deux précédents chapitres vous ont justement permis de vous protéger. N'utilisez donc cette option qu'en dernier recours ; il existe d'autres alternatives moins périlleuses, qui à l'usage sont tout aussi efficaces.

La première chose à mettre en place est un système de communication ; au moyen d'élastiques et de quelques prothèses dentaires il vous sera aisé de construire un radio-émetteur (voir notre figure 1) suffisamment puissant pour passer des appels radio et attendre dans un camp retranché que les moins idiots se pointent. Attention à bien supprimer tout ce qui bave. Les appels radio devront être concis, répétés et utiliser un ton suffisamment larmoyant pour émouvoir tout ce qui est susceptible de posséder des ressources en trop.

Attention : Certaines choses qui ne bavent pas peuvent tout de même représenter un danger. Par exemple, un robot ne bave pas.


Figure 1 : Schéma d'un radio-émetteur (dessiné vite fait hein).
De rien.


QUATRIEME ETAPE : REBATIR

Lecteur assidu de notre guide de survie, vous êtes maintenant prêt à vous consacrer à des tâches plus tournées vers l’avenir.

Une fois votre groupe de survie constitué, il faudra tout de même se mettre à penser au renouveau (survie de l’espèce, tout ça… vous trouverez bien). Bien entendu la première chose à laquelle il faut faire attention est la présence de personnes du sexe opposé dans le groupe. Tant que cette variable n’est pas validée, continuez d’accueillir des cons. Ne rêvez pas, vu l'état de délabrement de la technologie vous ne parviendrez jamais à créer une armée de clones à votre image, et encore moins à leur apprendre les subtilités de la courtoisie en société ; cependant vous pourrez tenter l'expérience d'une pseudo organisation hiérarchique. N'oubliez pas : l'élément le plus important est le sous-fifre, s'il n'y a personne sur qui taper on risque de faire un peu trop attention à vous.

Le quota rempli, minez le terrain environnant votre camp/grotte/bunker/tente canadienne et passez au repeuplement. Pensez à bien établir votre contrôle psychologique sur les mères porteuses (l’idéal est un collier explosif mais si vous manquez de matériel ou des compétences requises, de très intéressants montages sont envisageables avec des pièges à loup, en plus c’est ludique). Étouffez toute rébellion dans l'œuf et n'oubliez personne : il faut que chacune comprenne que, au propre ou au figuré, elle passera à la casserole.


Encore une fois, ne perdez pas de vue que la survie, c'est fun.


Monsieur Manatane - La fin du monde

Préparer l'avenir 5,6,7 : enfin un guide de survie pour ceux qui n'ont pas envie de sauver le monde. Tomes 5,6,7 et fin : A vous le nouveau monde !


CINQUIEME ETAPE : PLACER LE NOUVEAU MONDE SOUS SA COUPE

Après quelques années, votre groupe commence à prendre de l’ampleur ; il est temps de penser à l’avenir et de faire en sorte que « plus jamais ça » (etc, on vous fait confiance vous trouverez). Commencez par un long discours fondateur (suite à une attaque de pillards ou à une épidémie, c’est toujours mieux), suivi d’un ou deux exemples (si vous avez suivi correctement l'étape 4 vous avez des exemples tout trouvés). Prouvez par A + B vos théories sur l'espace vital, saupoudrez un peu avec la nécessité d'apporter vos connaissances aux pauvres âmes égarées qui ne vous versent pas encore de dîme. Quelques tics nerveux finiront d'asseoir votre leadership. Démarrez votre extension : commencez par faire déborder vos champs de plus en plus loin et placez des colons au fur et à mesure. Prenez l’air étonné quand on vous en fait la remarque.

SIXIEME ETAPE : ETABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL BASE SUR LA PEUR

Vous prenez de la vitesse. Choisissez-vous un bon lieutenant servile et moche pour faire le sale boulot et réfugiez-vous derrière un discours socialisateur. Travaillez pour le bien de la ruche et n’oubliez pas de vous en mettre pas mal à gauche, ça servira pour la suite. Envoyez des expéditions pacifiques vers d’autres colonies pour nouer des rapports commerciaux. N’hésitez pas à armer lourdement ces expéditions pacifiques, et pour le bien de tous égorgez pacifiquement tout ce qui se trouve sur leur route afin de garantir la bonne tenue des accords commerciaux. Annexez les colonies voisines puisque de toute façon vous y avez tué tout le monde.


Quête optionnelle : faites bâtir une statue de vous de trente mètres de haut, et demandez qu’on y sacrifie un enfant tous les soirs.

SEPTIEME ETAPE : IGNORER LES AVERTISSEMENTS DES ECOLOGISTES ET AUTRES OPPOSANTS PENIBLES

Entourez-vous de scientifiques de haut vol (voyantes, magiciens...) et récusez tout ce que pourront dire les fauteurs de troubles qui ne croient pas en vous. Mettez tout ça dans un bateau et coulez-le au large, pour protéger la communauté. Commandez au soleil de se coucher le soir et exigez plus de productivité afin que la colonie prospère et que tout le monde accède au bonheur. Montrez votre impartialité en ne participant pas à un quelconque travail manuel, et consacrez-vous à la reproduction.

ULTIME ETAPE : DISPARAITRE DANS UN BUNKER POUR PREPARER LE RENOUVEAU

Vous ne pouvez plus cacher tout ce que vous aviez si bien réussi à planquer sous le tapis jusqu’ici. Heureusement vous avez su mettre à profit ces quelques années de pouvoir pour vous faire bâtir un bunker digne de ce nom, avec plusieurs années de réserves alimentaires. Enfermez-vous dedans aux premiers signes de fin du monde, et attendez. N'emmenez vraiment personne avec vous, sauf si c'est vraiment un canon. Le ménage sera fait de lui même.
Vous verrez, à chaque fin du monde c'est un peu plus facile.


mardi 27 avril 2010

We Love Sonique (Part1) : Plastikman

Plastikman, c'est le projet Live du DJ producteur de techno avant gardiste canadien Richie Hawtin. Artiste prolixe et avant gardiste, maître de techno dépouillé de tout artifice, dark et minimale, Dj, producteur, performer et patron du label M_nus. Par ses expérimentations, il dessine sans cesse le futur du paysage musical et de la scène live. 

Les fans de musique électronique et de minimale ont crée le buzz autour de son grand retour sur scène depuis quelques semaines. Son show à Paris sera la seule date française et la troisième date mondiale de Plastikman, après TimeWarp et Coachella. Ce premier volet de WeLoveSonique lancera donc le festival Villette Sonique de la meilleure des manières. Il viendra présenter son nouveau projet expérimental et multimédia live à la Villette en compagnie des meilleurs éléments berlinois de son label M_nus : Magda, Troy Pierce, Marc Houle.

WeLoveSonique / Part 1
 08/05/10. Paris. La Villette.


Richie Hawtin présente Plastikman (Live)
Magda
Troy Pierce
Marc Houle (Live)

mercredi 21 avril 2010

La Fournirette, un véhicule utilitaire autoritaire.

Le marché des "véhicules à 4 roues" est fait de nombreux paradoxes. En effet, on vend désormais à peu près autant de 4x4 que de Smarts. Et une voiture "low cost"comme la Logan de Renault, destinée aux pays pauvres à l'origine, se vend comme des petits pains dans les pays riches. Le secteur est donc bien en train de muter aussi bien au niveau de l'offre que de la demande.

Pourtant s'il est bien un type de véhicule qui fait le perpétuel bonheur des concessionnaires automobile français installés en province, c'est le véhicule utilitaire dit "léger". Citroën et Renault l'ont bien compris en se disputant depuis des années le contrôle de cette niche via leurs 2 véhicules stars : le Kangoo et le Berlingo.


Véhicule Utilitaire Léger (VUL)

Mais il y a quelques années, un inventeur français installé avec sa femme dans les Ardennes a bien failli perturber cette oligarchie automobile orientée vers le "toujours plus d'utilité." En effet, M. Fourniret, à la tête d'une entreprise familiale, a lancé avec un poil d'égocentrisme un véhicule appelé dans sa version prototype "La Fournirette". Ce véhicule a été proposé par son inventeur de 1987 à 2003 en France et en Belgique.

Pratique et discret, il est parfait pour la province et est particulièrement adapté à la chasse aux sangliers des Ardennes. Uniquement produit en couleur blanche, son habitacle spacieux ne laisse jamais indifférent(e). Considéré comme robuste, et détenteur d'un bon moteur (pour parer à toute éventualité), il consomme très peu d'essence ce qui fait de lui un véhicule économe.


Véhicule ayant cessé de sévir...
Novembre 2009, Charleville-Mézières

Fourni avec un jeu de 10 plaques d'immatriculation, de nombreuses sangles et de la corde en chanvre, ce véhicule utilitaire léger (VUL) avait le mérite d'être proposé à un prix défiant toute concurrence. Son seul défaut : la mauvaise qualité de ses portes arrière qui s'ouvrent très facilement à la main, ce qui le rend plus vulnérable.

Il n'est plus proposé depuis 2003. Le seul et dernier modèle existant à l'heure actuelle est exposé depuis 1 an et demi sur la parking du Palais de Justice de Charleville-Mézières qui l'utilise régulièrement pour des reconstitutions et des tests ADN. De son côté, M. Fourniret a déposé le bilan cette même année 2003. Il a alors définitivement mis un terme à son affaire familiale. Citroën et Renault peuvent souffler. Le Berlingo et le Kangoo ont encore de belles années devant eux. Et c'est tant mieux...

vendredi 16 avril 2010

DJ Chloe, l'électro en toute discrétion.


Nouvel album 'One In Other', sorti le 06 avril.

Le métier de DJ a pendant longtemps été un métier "passion" réservé aux hommes, tout comme les honneurs qui vont généralement avec le succès. Il aura fallu donc beaucoup de temps pour voir émerger des femmes dans ce milieu, concept illustré par l'invention du mot DJette, un mot qui sonne finalement moins bien dans l'oreille que le mot "DJ".

En tout cas DJ Chloe depuis 1995 et ses débuts dans les afters du Batofar, ne s'est jamais formalisée de ces aprioris en réussissant au fil des années à percer en conservant sa discrétion légendaire. Elle s'est également spécialisée dans un son qui est lui est propre, à la mesure de son talent. Située en permanence entre minimalisme allemand et électro deep, elle réussit rapidement à s'imposer via la finesse de ses mixes et la qualité de ses productions. Parallèlement à ses résidences au Pulp et aux soirées Panik à l'Elysée-Montmartre, elle a pendant plusieurs années œuvré sur des compilations (Kill The DJ), s'essayant régulièrement à des remixes pour d'autres artistes de la scène électronique française et internationale.

En 2007, elle sort son premier album The Waiting Room salué par la critique. Elle remet le couvert cette année avec la sortie de son 2nd opus, One in Other, sorti en France le 06 avril et qui sortira dans le reste du monde le 17 mai.

Après des passages réguliers au Rex Club, des soirées "all night long" au Social Club et au Point FMR, elle entame une tournée européenne pour défendre son nouvel album. Elle jouera notamment en concert live à Paris à l'Alhambra le 17 juin en collaboration avec les performeurs visuels de TRANSFORMA pour une création exclusive, suivi d'une soirée en tant que DJ au Rex Club.


DJ Chloe
en tournée du 09 avril au 28 juin
Paris / Berlin / Munich / Londres / Amsterdam Lille / Lyon / Montpellier / Rennes / Annecy...

lundi 12 avril 2010

Echoués sur la grève



Le panneau géant égrène ses chiffres et ses lettres, hautain. Les retards semblent se répandre de train en train comme une maladie contagieuse, un virus contre lequel personne n’aurait trouvé de remède. D’abord un, puis trois, puis tous.

Les yeux descendent de ligne en ligne avec inquiétude, s’aperçoivent qu’ils sont sur la liste des arrivées pour certains. Ceux qui trouvent l’information recherchée se retournent soudain en gonflant les joues, tels des footballeurs ayant loupé un tir au but. Le train pour Paris est annoncé avec un retard de 50 minutes ; un grondement sourd se répand dans la foule, un peu atténué par les soupirs de frustration des passagers qui vont à Besançon, dont le train vient d’être supprimé. Certains cherchent des employés de la SNCF, un sac dans une main et un enfant dans l’autre, comme les passagers d’un bateau en perdition chercheraient les canots de sauvetage. Un rapide tour d’horizon aboutit à la conclusion que les rats ont quitté le navire.

Une voix avec l’accent du sud prie les passagers d’accepter les excuses de la compagnie et annonce un retard en augmentation exponentielle. Personne ne sait vraiment s’il s’agit du début d’une grève ou d’un problème technique, ni si le train partira un jour. Tout le monde reste cependant dans la gare, accroché à un coin de carrelage durement négocié, dans l’attente vaine d’une bonne nouvelle. Chacun surveille sa ligne de panneau d’affichage, espérant peut-être qu’avec une attention suffisante les chiffres allaient changer dans le bon sens. Perdu, l’horaire prend encore une claque d’une demi-heure.

Une petite vieille fatiguée reste debout au centre de cette forêt de visages hagards. Elle est la seule à ne pas regarder le panneau, elle cherche surtout une place assise. Son cabas à roulettes est posé à ses côtés, presqu’aussi grand qu’elle. Les personnes sur qui son regard implorant se pose détournent rapidement le regard pour ne pas être accusées de l’avoir vue. Seul un petit garçon ébahi la fixe comme si elle lui hurlait dessus.

Personne ne hausse le ton mais la gare est emplie d’une protestation retenue. Chacun attend un héros pour dénoncer l’indifférence dont on fait preuve à leur égard, mais tout le monde sait que le premier qui bougera sera la cible des regards courroucés du reste du troupeau compréhensif et solidaire des bien-pensants. Hurler intérieurement sans jamais faire la moindre vague, tel est l’art subtil de la foule. Une foule n’en est plus une si les individualités commencent à s’exprimer.

La voix au micro continue d’aiguillonner les voyageurs. Les excuses répétées, nouveau supplice de la goute d’eau, ont raison d’un couple de trentenaires qui emmènent bagages et marmots à l’extérieur pour héler un taxi. Une affichette conseille d’appeler Infolignes pour connaître les conditions de trafic. On peut presque lire « démerdez-vous » en filigrane. Ceux qui ont passé le plus de temps debout semblent de plus en plus tourner en rond, ayant sans doute appris par cœur l’intégralité des inscriptions présentes autour d’eux, de l’affiche pour le dernier film à l’eau de rose aux panneaux de sorties d’incendie. Un adolescent détaille avec passion un coin de mur légèrement fissuré.

Soudain, un mouvement de foule ; le train pour Paris est annoncé voie B. Certains se mettent à courir, tout le monde empoigne ses bagages, la petite vieille regarde timidement l’escalator pour déterminer le moment où elle pourra s’y engouffrer sans trop de risque. A voir l’agitation mêlée de soulagement qui anime soudain le troupeau, on se demande ce que serait devenue cette énergie si l’attente avait été plus longue, ou le train annulé. Une dame fait tomber son sac, se fait bousculer. Tout le monde se calme brutalement, et se met à emprunter l’escalator avec un empressement discipliné. Chacun rentre dans le rang, rassuré de pouvoir enfin prendre une direction.

Albert empoigne sa valise avec calme. Il est content, il a passé 21 niveaux à WallBreaker sur son téléphone. Et il lui reste Mickey Parade pour le voyage.

mardi 30 mars 2010

Wide Style #4 (avec Plaid) à la Bellevilloise !

Plaid (Warp) se produira en live à La Bellevilloise vendredi soir.


Dilemme : comment faire pour réunir vos amis adeptes de funk, de hip-hop, et d'électronica dans une même soirée à Paris ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la soirée Wide Style #4 à La Bellevilloise vendredi soir.


En effet, La Rafinerie (programmateurs de la soirée) a réussi à concocter comme à son habitude un line-up des plus intéressants pour la 4ème édition des soirées Wide Style, en mettant en valeur des artistes comme Plaid, Dâm Funk, Floating Points, Benji B et Dimlite.

La soirée mélangera de toute évidence les styles puisque ces 5 artistes revendiquent des genres musicaux assez éclectiques : électronica, hip-hop, break, deep house, soul, boogie funk... Cette programmation maintiendra donc l'esprit et le niveau des 3 premières soirées (Gilles Peterson, Bonobo, Zero 7, Jazzanova, Kyoto Jazz Massive, UFO, 4Hero, Bugz In The Attic, Dorian Concept, Black Joy).

Pour ceux qui sècheraient sur ces artistes, Plaid est un duo britannique spécialisé dans l'électronica. Ils sont signés sur le charismatique label Warp et sont connus pour leurs différentes collaborations avec Portishead, Red Snapper et Björk. Ils présenteront à La Bellevilloise un nouveau live hypnotique. D
âm Funk quant à lui est un producteur boogie-funk œuvrant sur le label Stones Throw. Il viendra se faire plaisir derrière les platines vendredi soir. Enfin Benji B est un artiste extrêmement connu sur les ondes anglaises puisqu'il cartonne en tant que DJ dans une émission sur BBC Radio 1.

Bzzz



Wide Style #4


Plaid (Live). Dimlite (Live). D
âm Funk (DJ Set). Floating Points (Dj Set). Benji B (Dj Set).

02.04.2010 - 22h
La Bellevilloise

Recettes les plus consultées